Publié : 16 novembre 2009

6ème

Les propositions de cours, les artistes et les oeuvres vus en classe et les travaux des élèves.

Séquence 1 : frottage

Plusieurs objets, fragments d’objets et matières sont disposées sur les tables. Il y a des matériaux naturels (feuilles, branches, écorces..), des objets en fer (ustensiles de cuisine, grillage), des boutons, de la toile de jute…
Comment garder une trace, un souvenir de ces objets sans les représenter et sans les prendre en photo ?
Les élèves ont découvert et expérimenté la technique du frottage : il s’agit de poser une feuille de papier sur l’objet et d’enregistrer sa surface en frottant régulièrement avec un crayon.
Les élèves devaient ensuite réaliser une créature à partir de ces empreintes puis l’intégrer dans un espace.

Max Ernst et Henri Michaux sont les deux artistes vus en classe qui ont réalisé des œuvres en utilisant cette technique du frottage.

Séquence 2 : « peinture : on en mangerait bien ! »

Il s’agissait de réaliser une peinture « appétissante », qui donne envie de manger. Nous avons observé que la plupart des élèves ont réalisé des peintures représentant de la nourriture ou des objets inanimés : des corbeilles de fruits, des plateaux de Mac Do, des gâteaux, des plaquettes de chocolat…En peinture, on appelle ce genre de représentation des « natures-mortes. »Nous avons aussi observé que l’utilisation de couleurs vives rendait la peinture plus appétissante.

Le genre de "la nature-morte" traverse l’histoire de l’art : ainsi nous avons vu des nature-morte peintes par Le Caravage (16ème siècle), Paul Cézanne(19ème siècle), Henri Matisse et Pablo Picasso(20ème siècle).
Nous avons aussi découvert des peintures contemporaines très appétissantes : le travail d’Emmanuelle Villard qui mélange peinture et résine et les peintures très réalistes de Will Coton. Enfin nous avons vu un "tableau-piège" de Daniel Spoerri, réalisé avec de vrais objets, récupérés à la fin d’un repas et collés sur un support.

on en mangerait bien

Séquence 3 : « Le contenu de ma trousse devient un visage expressif. »

Par groupe de deux, les élèves devaient réaliser un visage expressif en utilisant le contenu de leurs deux trousses.
A cette occasion, les élèves ont découvert le travail de Tony Cragg, artiste qui collectionne et accumule des objets en plastique qu’il classe selon leur couleur. Ensuite, il colle au mur ces objets dans un certain ordre pour former une image colorée, comme une palette, une silhouette, une lune…

Les oeuvres de Tony Cragg

Séquence 4 « Personnage en camaïeu »
Comme Tony Cragg, pendant quelques semaines, les élèves ont fait une collection d’objets de récupération qui ont été classés par couleur. Quand la quantité d’objets a été suffisante, ils ont répondu en classe et par groupe à cette proposition : « Mon personnage a avalé trop de bonbons magiques, il est tout… (La couleur concernée) ! »Il s’agissait donc de réaliser un personnage en volume qui soit solide et tienne debout.
Par ce travail les élèves se sont confrontés à des questions d’équilibre, de fixation des éléments entre eux et de représentation. Cette technique de sculpture (comme il existe le modelage le terre, la taille de la pierre…) est un assemblage.
Nous avons vu en classe des assemblages de Pablo Picasso, des accumulations d’Arman et une sculpture de Jean Tinguely.

personnage en camaÏeu

« Mon personnage réclame son portrait en pieds »
Il s’agissait de représenter en l’observant le personnage réalisé en volume en utilisant un maximum de nuances. Ce type de peinture, réalisée en utilisant des nuances, c’est-à-dire des variations d’une seule couleur, s’appelle une peinture en camaïeu.
Des peintures en camaïeu de Pablo Picasso et d’Otto Dix ont ensuite été présentées.

Séquence 5« Dérange ta chambre ! »
Nous avons d’abord regardé et décrit la chambre peinte par Vincent Van Gogh qui fut la sienne lorsqu’il séjourna à Arles (dans le Sud de la France) en 1888.

A partir du document photocopié de cette chambre, il est demandé aux élèves de transformer cette chambre pour qu’elle devienne la leur et d’y introduire du désordre.
Plusieurs techniques ont été utilisées : certain élèves ont réalisé des collages à partir du document ou en introduisant des images prélevées dans des magasines, d’autres ont réalisé leur travail à la peinture, certains ont fait un dessin de leur chambre en désordre et enfin d’autres ont mélangé ces techniques.
Nous avons vu que la composition de l’image était importante pour donner cette impression de désordre, de désorganisation, de déséquilibre : souvent les élèves ont collé un peu au hasard, « dans tous les sens », les images d’objets découpés en laissant du blanc entre ces fragments.
Pour finir ce travail, nous avons vu un certains nombre d’œuvres de Raoul Hausmann, Richard Hamilton et Eva Hesse, appelées des « photomontages », c’est-à-dire des œuvres composées par collage, à partir d’éléments prélevés dans d’autres images. Enfin nous avons aussi parlé d’infographie, car avec l’ordinateur et certains logiciels de traitement de l’image, on peut également créer des photomontages, en faisant un « collage numérique ».

Séquence 6« Des deux dimensions aux trois dimensions »


Un dessin réalisé par Jean Dubuffet représentant un personnage à l’aide de quelques lignes a été distribué aux élèves, puis la proposition suivante à été écrite au tableau :
« Le personnage dessiné par Jean Dubuffet est tout plat, faites-le évoluer dans l’espace. »

Avant de commencer le travail, la classe a mené une réflexion autour de cette phrase : nous avons d’abord parlé de l’ « espace » qui pouvait se comprendre de plusieurs façons : l’espace avec les planètes, l’espace qui peut être représenté sur une feuille, ou bien l’espace dans lequel sont par exemple nos corps. Quelles solutions pouvait-on trouver pour faire évoluer ce personnage dans un espace ?
1/Certains élèves ont crée l’illusion d’une espace profond derrière le personnage : ils ont représenté un paysage à l’arrière- plan.
2/D’autres ont dessiné d’autres contours noirs autour du personnage : « ça donne une impression d’épaisseur ! », (c’est à dire de volume) « ou de mouvement ! ».
3/Des élèves ont doublé le personnage avec du carton : cette fois l’épaisseur est réelle et le personnage tient debout.
4/Des élèves ont crée un socle pour leur personnage : on peut tourner autour donc il s’agit d’une sculpture.
5/Deux élèves ont articulé leur personnage avec des attaches parisiennes. Suspendu, le personnage devient un pantin, une marionnette à laquelle on peut donner du mouvement.

Séquence 7 "Des objets pour un personnage"

Pour commencer, il fallait représenter sur une feuille a4 au feutre noir une série de 14 objets, en observant bien leur image projetée sur le mur.
Ensuite, les dessins ont été imprimés sur du papier transparent, à partir duquel les élèves ont du, en découpant et en assemblant ou superposant les objets, créer un personnage jouant avec l’un de ces objets.
A l’issu de ce travail, des scultptures de pablo Picasso réalisées à partir d’assemblage d’objets ont été montrées.

Voir en ligne : 6ème

Documents joints