Vous êtes ici : Accueil > Les matières > Mme Jouannot (Arts Plastiques) > 5ème : artistes et oeuvres vus en classe
Publié : 23 décembre 2009

5ème : artistes et oeuvres vus en classe

Les propositions de cours, les artistes et les oeuvres vus en classe et les travaux des élèves.

Séquence 1 : « Un autre point de vue »
Ce travail s’appuie une illustration réalisée par Gustave Doré en 1862, représentant le Petit Chaperon rouge et le loup. Il s’agit d’une gravure sur bois.

Gustave Doré, Le Petit Chaperon Rouge et le Loup, 1862.

Il était demandé aux élèves de proposer une autre vue de cette scène en essayant de s’approprier le style graphique de cette œuvre.
Ce travail a permis de mettre en évidence les différents points de vue (vue de face, vue de profil, vue aérienne, vue en plongée, vue en contre-plongée…) et les différents cadrages (gros plan, plan américain, plan d’ensemble…) Les travaux des élèves ont ensuite étaient scannés.

plans et angles de vue

La deuxième partie de ce travail consistait à choisir 4 images parmi les réalisations de la classe et de raconter une histoire à partir de ces images.
Ce travail a permis de découvrir les codes et le vocabulaire de la bande-dessinée. (case, bulles, onomatopées, cartouches…)

Séquence 2 : « la forêt de l’aube au crépuscule »
Sur un format panoramique, il est demandé aux élèves de représenter, par des moyens picturaux, une forêt de l’aube au crépuscule. Il s’agit de montrer l’évolution de la lumière, des couleurs, des formes, du paysage au fil de la journée.

A cette occasion la série des cathédrales de Rouen peintes par Claude Monet entre 1892 et 1893 ont été présentées.

les Cathédrales de Claude Monet

Claude Monet appartient au groupe des “Impressionnistes” : ces artistes expriment leurs impressions devant un paysage.
Ils peignent avec des touches de peinture et tentent de représenter les effets changeants de la lumière.

Séquence 3 : « La Joconde »

Une proposition de travail où il est demandé aux élèves de transformer la Joconde. Les moyens d’agir sur l’image étaient libres : certains ont utilisé le collage, d’autres la peinture, d’autre ont travaillé en relief…Les propositions ont été nombreuses.
A la fin de ce travail nous avons vu que la Joconde avait inspiré un grand nombre d’artistes sur le mode de la citation, de l’empreint, de l’appropriation, du détournement…

Séquence 4 : « mon portrait à tout allure ! »

« Accoudé(e)à la vitre du TGV, vous filez à toute allure à travers la campagne(320 km/h) lorsque Marguerite, le vache du pré voisin vous aperçoit… »
Il fallait représenter dans un travail bidimensionnel ce que voit cette vache.
La difficulté dans ce travail était de représenter le mouvement et la vitesse : certains élèves ont joué sur le flou, d’autres ont exprimé le mouvement en ajoutant des lignes derrière le train ou en utilisant des lignes irrégulières ou discontinues pour exprimer la vibration. Enfin certains élèves ont démultiplié leur silhouette pour montrer le mouvement du train.
Nous avons vu comment des artistes s’étaient posé cette question de la représentation du mouvement, que ce soit en peinture (Paolo Uccello, Giacomo Balla) ou en photographie (les chronophotographie de Jules-Etienne Marey).

Séquence 5 : « une machine à … »

Dans un premier temps, les élèves sont invité à représenter par le dessin une machine dont ils ont à imaginer la fonction. Quelques fragments d’images étaient proposés aux élèves comme point de départ.
Les dessins de Léonard de Vinci, des peintures de Francis Picabia et de Marcel Duchamp ont été présentées.
Dans un second temps, il s’agissait de faire une collecte de matériaux de récupération afin de réaliser cette machine en volume. Il fallait que cette machine soit solide et tienne debout.
Différents moyens de fixation ont été trouvés : emboitement, collage, scotch, nœuds avec ficelle… certains élèves ont introduit un mécanisme dans leur machine afin qu’elle fonctionne réellement, quand d’autres ont réalisé des sortes de maquette de machine. Certains élèves ont fait en sorte que l’ont comprenne le mode de fonctionnement de leur machine, d’autres ont plutôt soigné l’aspect esthétique de leur machine. Certaines machines étaient volontairement absurdes quand d’autres auraient pu exister dans la réalité.
Pour finir il a été demandé aux élèves de réaliser une affiche publicitaire pour leur machine.
A l’issu de ce travail, nous avons regardé plusieurs types de machines inventées par des artistes comme jean Tinguely, Bernard Lagneau et Wim Delvoye ou la compagnie de théâtre de rue Royal de Luxe.
Doc

Séquence 6
« Dragons »

Par le collage, il fallait créer un animal fantastique à partir de morceaux d’animaux existants, puis représenter l’environnement de cette créature.
Nous avons vu quelques créatures hybrides et imaginaires inventées pendant l’Antiquité et le Moyen-age.

"Ile au dragon"
Sur du papier kraft que les élèves devaient travailler afin de lui donner un aspect usé, vieilli et délavé, il fallait représenter la carte de l’ile où vivrait la créature imaginée. Il fallait représenter les reliefs, fleuves, villages, grottes, etc. de cette ile encore inexplorée et créer une légende.

"Peau de dragon"
Sur un support carré en carton, les élèves doivent créer un fragment de peau de leur créature en travaillant le relief, la texture et les couleurs.

Documents joints