Publié : 23 décembre 2009

4ème

Les propositions de cours, les artistes et les oeuvres vus en classe et les travaux des élèves.

Séquence 1 : Et après ?...

Les élèves ont reçu trois vignettes correspondant à trois cadrages différents d’une scène. Il fallait imaginer la suite soit des images soit de l’histoire après avoir collé ces vignettes sur le support.
A la fin du travail, nous avons regardé plusieurs planches de bande-dessinée, afin d’observer la diversité des possibilités que permet le langage de la bande-dessinée (mise en page, organisation du texte et de l’image, cadrages, etc.…)

Séquence 2 : art et publicité

Les trois oeuvres à tranformer

Trois œuvres d’art sont proposées aux élèves :
Sandro Botticelli, La Naissance de Vénus , 1485.
Michel-Ange, La Création d’Adam, 1508-1512. (Fresque sur la voute de la chapelle Sixtine à Rome)
Edvard Munch, Le Cri, 1893.

art et publicité

Nous nous sommes d’abord posés la question suivante et avons tenté d’y répondre :
Quelle est la différence entre une œuvre d’art et une publicité ?
- Une publicité a une visée uniquement commerciale, elle n’est là que pour vendre et ne cherche pas à s’inscrire dans l’histoire de l’art.
- Une œuvre d’art est une avancée dans les arts plastiques et dans l’histoire de l’art. L’art est là pour susciter des émotions, que ce soit des émotions positives (joie, bonheur) ou négatives (rejet, colère, dégout).
Il est alors demandé aux élèves de faire en sorte qu’une des œuvres d’art proposées, devienne une publicité pour une marque.
A la suite de ce travail, nous avons regardé des exemples de publicité qui s’inspirent pour leur campagne ou leur charte graphique d’une œuvre d’art.

Séquence 3 : » autobiographie »

Il est demandé aux élèves de proposer une réalisation plastique qui raconte les épisodes importants de leur vie, les traits marquants de leur histoire personnelle, leurs loisirs, leurs gouts, les aspects de leur personnalité dans un dispositif qui montrera que le temps est passé…
Les élèves devaient réfléchir aux constituantes plastiques de leur projet (dessin, photos, texte etc…), aux moyens d’expression de la succession et du déroulement du temps, et à la présentation de leur travail.
De nombreuses propositions ont été faites par les élèves : pyramide, calendrier, dé, boule à multiples facettes, maisons, pages de journal, livre, arbre généalogique, frise chronologique, parchemin, boite à secrets, etc…
Après avoir observé l’ensemble des travaux, des œuvres d’artistes traitant de cette question de l’autobiographie ont été présentées : les autoportraits de Frida Kahlo, Les installation de Christian Boltanski sur la mémoire et le souvenir, le travail de Shirin Neshat, celui d’Annette Messager sur l’enfance…

Séquence 4 : tempête
A partir d’un document polycopié représentant une vue de la mer (Côte d’Armor en Bretagne), il est demandé aux élèves de représenter ce paysage sous la tempête par des moyens exclusivement picturaux.
Différents gestes, procédés et instruments ont été utilisé par les élèves, en même temps qu’ils ont recherché des tons et des nuances particulières pour exprimer ce paysage.

A l’issu de cette première étape du travail, les peintures de Joseph WilliamTurner (début du 19ème siècle), Claude Monet (Impressionnisme), Emile Nolde (Expressionnisme), Vincent Van Gogh et Nicolas De Stael (Abstraction) ont été présentées.
Dans un second temps il a été demandé aux élèves de représenter sur une nouvelle feuille une tempête encore plus forte en vingt minutes. Cette contrainte de temps a conduit les élèves à se libérer de la représentation, à donner plus d’ampleur à leurs gestes, à tester d’autres outils…
Pour finir il a été demandé aux élèves de faire une analyse comparative de leurs deux travaux.

Séquence 5 : « Mise aux carreaux »
Un travail collectif a été initié dans deux classes de 4ème à partir de deux tableaux du peintre pointilliste Georges Seurat : Un dimanche après-midi à la Grande Jatte ( 1886), et Une Baignade à Asnières ( 1884), du temps où l’on pouvait se baigner à Paris dans la Seine.

Chaque élève disposait d’un carré de la peinture de 4x4 cm qu’il devait agrandir et représenter sur un carré de 20x20cm, en s’aidant de la technique de mise aux carreaux et en veillant à reproduire de façon la plus précise possible toutes les formes et les nuances de couleur de son fragment.
(lien youtube ……………)
Les carrés ont ensuite été rassemblés pour « reformer » la peinture et exposé au premier étage.

Pour terminer cette séquence nous avons regardé d’autres œuvres pointillistes, ainsi que des œuvres contemporaines réalisées sur le principe de la fragmentation : le travail photographique et pictural de David Hockney, Les portraits de Chuck Close et le travail infographique et interactif de Reynald Drouhin.

Documents joints